#WeAreNinkasi
Lun. 24 Mai. 2021

La drêche, un faux déchet ?

La drêche dans tous ses états

Comment l’économie circulaire permet de revaloriser la drêche de brasserie ? De Vindry-sur-Turdine à Lille en passant par Chambéry ou encore Lyon, découvrez notre enquête et panorama d’initiatives inspirantes.

Comment passer d’une société du tout jetable, à un modèle économique circulaire ? C’est tout l’esprit de la Loi anti-gaspillage publiée en France le 10 février 2020. Cette loi vise notamment à réduire de 30% du PIB la consommation de ressources naturelles d’ici à 2030 ou encore en finir avec le plastique jetable d’ici 2040.

L’économie circulaire, c’est aussi savoir mieux produire et apprendre à valoriser nos déchets. Chaque année par exemple, les brasseries françaises génèrent près de 700 000 tonnes de drêches, ce résidu de brassage qui apparait après la filtration du moût. En effet, pour 100kg de malt d’orge utilisé, environ 70 vont être transformés en sucre mais il en restera environ 30kg au fond de la cuve. Dès lors, la revalorisation d’un tel « déchet » apparait comme essentielle et en fait, vous allez le voir dans ce reportage, la drêche est tout sauf un déchet !

Episode 1

la revalorisation par l’alimentation animale

C’est ainsi que la drêche de la brasserie Ninkasi est revalorisée ! Dans ce premier épisode, plongez en immersion dans notre brasserie de Tarare, guidés par notre reporter Jérôme Bonnard et notre maître brasseur David Hubert. Ils vous livrent tous les secrets de la drêche du Ninkasi.

Cet épisode, c’est aussi et surtout une belle rencontre avec Freddy et Aude, agriculteurs de Vindry-sur-Turdine qui revalorisent les drêches du Ninkasi en les donnant à manger à leurs vaches. Vous l’avez compris, cette collaboration représente une véritable économie pour les deux structures puisque Ninkasi économise d’inutiles frais de déchetterie tandis que les agriculteurs obtiennent une matière première utile à l’alimentation de leurs bovins. Mais pour aller encore plus loin, comme le fait très justement remarquer Freddy Ray à 3’07’’ dans le reportage, la drêche représente par son apport en protéines un excellent remplacement au tourteau de soja. Or, on importe chaque année en France une quantité importante de soja, notamment en provenance du Brésil, pour nourrir le bétail français. La revalorisation de drêche par l’alimentation animale permet donc également de réduire les conséquences environnementales de ces importations et plus globalement de la culture du soja dans les pays d’importation. C’est gagnant pour le brasseur, gagnant pour l’éleveur et gagnant pour la planète !

Episode 2

de la drêche dans NOS assiettes !?

Eh bien oui ! Si la drêche est bonne pour les vaches, elle l’est également pour nous. Dans ce deuxième épisode, on découvre comment des sociétés innovantes comme Maltivor, Beerscuit ou encore Ramen tes drêches revalorisent cette fois le résidu de brassage pour l’alimentation humaine. Attention les gourmands, ça met vraiment en appétit !

Alors, convaincus ? Allez-vous tenter d’intégrer cette farine de drêche dans vos recettes du quotidien ? Si cela peut vous inspirer, notre cher Thibault s’y est collé et il vous donne sa recette de crackers par ici ! D’un point de vue nutritionnel, la farine de drêche a en tout cas de nombreux atouts : elle est riche en protéines, en fibres et surtout très appauvrie en glucide, comme l’explique Lola Bonnin, présidente de Maltivor. Il s’agit donc d’une excellente farine, s’adaptant aussi bien aux recettes sucrées que salées. Ces trois initiatives sont quelques exemples qui nous ont particulièrement plu parmi ceux que nous avons rencontrés mais il en existe plein d’autres, comme les Drêcheurs Urbains ou Happy Drêche. Si vous en connaissez qui méritent d’être partagées, n’hésitez pas à les mettre en commentaires 😉

Episode 3

De la drêche dans le design

« Grâce à la drêche, on peut manger de la glace ! » clame la jeune ingénieure lyonnaise Marie Nagy, co-fondatrice de Reus’Eat. Dans ce troisième épisode, on entre dans les coulisses du développement de l’une des valorisations les plus étonnantes de la drêche : la fabrication de couverts vertueux ! Et ce n’est pas tout, la drêche est une matière si intéressante qu’Instead, une autre start-up basée quant à elle à Lille, parvient même à en faire des meubles.

Voilà en résumé, un petit aperçu de l’incroyable potentiel de la drêche, ce résidu de brassage capable de se glisser partout, des fermes bovines aux salons les plus design…

Merci d’avoir lu jusqu’ici ❤️ Si c’est article vous a plu, n’hésitez pas à le partager autour de vous. Change est une série de reportages conçus dans le cadre du projet « Ninkasi Stories, les belles rencontres nous font grandir ». Découvrez tous les programmes Ninkasi Stories sur le blog et les réseaux sociaux du Ninkasi. À bientôt pour de nouvelles rencontres inspirantes !

* Optionnel
En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Vous pouvez à tout moment demander l’anonymisation de vos commentaires.

Aller plus loin que le bout de son CV !
Mar. 1 juin 2021Aller plus loin que le bout de son CV !Article suivant
Ninkasi utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation) et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage).
J'accepteJ'acceptePersonnaliserPersonnaliser